Logo numerev
Doctorales 58

Numéro 5 : Doctorales 58 : La relationalité à l'aune de la vulnérabilité

N° 5/2018

Doctorales 58 : La relationalité à l'aune de la vulnérabilité

Claire Charrier, Etienne Baldayrou, Falceri Marco, Ghliss Yosra, Jean-Baptiste Vuillerod et al.

La revue Doctorales 58 est portée par les doctorant·e·s de l’École Doctorale 58 (Lettres, Langues, Cultures, Civilisations) de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, sous la supervision de son/sa directeur/rice, et hébergée par la MSH Sud.

Sommaire

Ghliss Yosra, voskresenskaya valeriya

Avant-propos

Ghliss Yosra, voskresenskaya valeriya

La philosophie française et la vulnérabilité : histoire d’un oubli ?

Laure Barillas

Quelle est la place du concept de « vulnérabilité » dans la philosophie française contemporaine ? La philosophie française au 20ème siècle ne recourt que transversalement au concept de vulnérabilité. Quatre hypothèses se présentent alors : soit la vulnérabilité reçoit un autre nom ; soit elle est nommée et bien présente mais ne fonde pas réellement la morale ; soit c’est l’ego qui assure l’entière responsabilité pour l’autre ; soit ce que ces philosophies ont en commun, soit le passage au premier plan philosophique de l’existence, conduit à l’oubli de la vulnérabilité dans ses dimensions charnelle et sociale.

Mots-clés : vulnérabilité, Levinas, Sartre, Jankélévitch, Weil, responsabilité, éthique, attention

Reconnaissance, domination et mobilisation collective chez Hegel

Jean-Baptiste Vuillerod

Le texte interroge ce que l’attention à la vulnérabilité des corps et à l’expérience négative des subjectivités change dans notre manière d’aborder la théorie hégélienne de la reconnaissance. Il propose d’abord un commentaire de la fameuse dialectique de la domination et de la servitude dans la Phénoménologie de l’esprit qui fait droit à une telle expérience, puis montre qu’elle trouve son prolongement au chapitre VI, A du même ouvrage, lorsque Hegel s’intéresse à la cité grecque et à la révolte d’Antigone et des femmes grecques contre l’ordre phallocratique qui les opprime. Faisant fond sur les lectures féministes de Hegel, l’étude propose ainsi de penser de manière articulée la reconnaissance, la domination et la mobilisation collective.

Mots-clés : Hegel, Antigone, reconnaissance, domination, féminisme

Repenser l’agentivité féministe : relationalité, vulnérabilité et performativité chez Judith Butler

Lucile Richard

Le concept d’agency – d’agentivité ou de « capacité d’agir » en français – occupe une place centrale dans les théories féministes qui cherchent à travers elle à penser les modalités d’une société plus égalitaire dans ses rapports de genre. Elle fait en particulier l’objet d’une théorisation continue chez Judith Butler, qui depuis Trouble dans le genre, s’attèle à penser des stratégies permettant de subvertir les normes traditionnelles de la féminité et de la masculinité. Cette réflexion s’est enrichie année après année, jusqu’à aboutir, dans son dernier ouvrage Rassemblement, à une reprise de sa conception originelle de l’agentivité sur la base d’une prise en considération nouvelle des liens unissant vulnérabilité, relationalité et performativité. L’objectif de cet article est de montrer le rôle central que joue dans ce projet la re-signification du caractère relationnel de la formation du sujet.

Mots-clés : Judith Butler, relationalité, vulnérabilité, performativité, agentivité

La relationnalité comme ouverture potentielle, à la mesure de la normativité

Valentine Prouvez

Pourquoi dans des situations de crise, et face à l’évidence de la vulnérabilité des existences et des institutions humaines, se manifestent si souvent des dispositions agressives ou asociales dans les relations interindividuelles, plutôt qu’une organisation collective de la résistance, par la réaffirmation des valeurs morales de la cohésion ? Nous proposons de prolonger le questionnement introduit par Freud en 1915, en nous intéressant à la fluctuation des rapports qu’un individu peut entretenir avec son environnement au fil de son existence, entre repli narcissique et relationnalité. C’est à partir du concept de « normativité vitale », introduit par le philosophe et médecin Georges Canguilhem en 1943, et dans une orientation psychanalytique, que nous proposons de situer notre réflexion dans une perspective à la fois théorique et clinique.

Mots-clés : Freud, Canguilhem, normativité, crise, vulnérabilité, ouverture, repli narcissique, confiance, psychanalyse.

Quand le sommeil devient le lieu d’expression d’un état vulnérable

Etienne Baldayrou

Malgré d’importants progrès réalisés dans la connaissance des rêves et du sommeil, la somniloquie reste très peu étudiée. Pourtant, le langage endormi pourrait constituer une véritable porte d’entrée dans le monde onirique. Une étude récente a étudié la somniloquie enregistrée dans des laboratoires du sommeil. Je souhaite, dans le cadre de mon étude, investiguer la somniloquie « quotidienne », enregistrée au chevet des sujets. L’objet de cet article est de présenter un protocole de réflexions éthique. Il s’articulera autour de deux axes. Tout d’abord, après avoir réalisé quelques précisions théoriques sur le sommeil, je tenterai de démontrer en quoi le sommeil normal et pathologique ainsi que la somniloquie peuvent entraîner un état de vulnérabilité chez le dormeur. Puis dans une deuxième partie, je décrirai précisément le protocole élaboré dans le cadre de ma recherche, pensé afin de tenter de répondre aux problèmes éthiques qu’une telle étude sur des sujets vulnérables peut engendrer.

Mots-clés : Langage, Adulte, Somniloquie, Rêve, Parkinson, Ethique

Le sublime à l’aune de la vulnérabilité dans l’œuvre gravé de Rembrandt

Claire Charrier

Au XVIIe siècle, la figure du mendiant est devenue équivoque dans l’imaginaire néerlandais. Sa pauvreté est une image du dénuement christique, mais représente aussi bien le vice des paresseux qui profitent de la société. Rembrandt renouvelle cette figure. Remettant en cause la distinction entre les pauvres méritants et déméritants, il confronte le spectateur à la misère extrême de ceux que Amsterdam enfermait dans des institutions de charité. Ses estampes explorent les limites de la définition normative qui présente l’homme comme un être accompli par la vertu. La figure du mendiant met à nu ce qui est propre à l’homme : la vie intérieure mais aussi la faiblesse. Sa disponibilité exemplifie la condition d’accueil du sublime. Ainsi apparaît la possibilité d’un nouveau lien entre les individus.

Mots-clés :  Iconocratie, humanité, vertu, exclusion, dénuement, abandon, Christ, politique.

 

Arts visuels et traumatisme dans la Grande Guerre : témoigner la vulnérabilité

Falceri Marco

L’article porte sur les figurations artistiques des traumatismes multiples de la Grande Guerre, selon une approche historiographique interconnectée, en traitant les significations thématiques de l’iconographie, ainsi que les langages stylistiques des œuvres visuelles. La première partie retrace la valeur heuristique et non strictement psychologique du traumatisme de guerre, les deux suivantes analysent les singularités des iconographies et les spécificités formelles, techniques et stylistiques des œuvres, sans distinguer entre les productions intellectuelles des avant-gardes artistiques et celles qui s’inscrivent dans le domaine institutionnel des Beaux-Arts.

Mots-clés : Arts visuels, Grande Guerre, traumatisme, témoignage visuel, vulnérabilité.